Publiée dans la revue Chronozones de l’Institut d’archéologie et d’histoire ancienne de l’Université de Lausanne, une étude d’Alessandro Moro et Lucien Raboud parue cette année porte sur deux “châteaux oubliés du canton de Vaud”, dont le château Ravenel à Suchy. Ce château, édifié selon toute vraisemblance dans le Moyen-Âge central, occupe le promontoire des Petites Mottes, cet éperon rocheux que l’on trouve après avoir croisé le ruisseau de la Mottaz non loin du “pont de Belmont”. Le château est méconnu voire “oublié”, ne serait-ce que parce qu’une construction probablement en terre et en bois laisse peu de traces…

Une étude de 1867 affirme cependant, mais sans grande assurance, ceci: “On dit qu’il existait à Suchy, sur un petit tertre près du village, un château appelé Ravenel. On y aurait trouvé quelques médailles de bronze, des armes de fer, des squelettes humains et des ruines dont le caractère n’a pu être défini”. Des traces … dont on a perdu toute trace. Pour Henrioux, qui a écrit l’histoire de Suchy en 1905, c’était probablement un château helvète, mais il déclare n’avoir aucune idée de l’époque de sa construction et du propriétaire des lieux. Nos auteurs pensent que le château est peut-être apparu lors des premières mentions de Suchy, à la fin du IXe siècle. Ils pensent que le testament d’Aymon de Faucigny à sa fille Béatrice (XIIIe), qui mentionne sa “maison forte de Suchy”, pourrait désigner le château Ravenel. Mais il paraît certain que le château n’existe plus en 1367, car Othon de Grandson-Belmont assigne aux habitants de Suchy de se retirer corps et biens à l’intérieur du château de Belmont pour le défendre en temps de guerre. Aucun autre château ou refuge ne semble donc exister à cette date.

Tertre et fossé - Château Ravenel - (c) A. Moro 2021

Tertre et fossé – Château Ravenel – (c) A. Moro 2021

Les auteurs de l’étude souligne qu’ à l’heure actuelle, aucun vestige n’existe, à l’exception d’un fossé de deux mètres et d’un creusement qui pourrait être un pillage plus récent, éventuellement la source des on-dit sur ce qui aurait été trouvé sur place. L’hypothèse d’un refuge helvète n’est pas impossible, les châteaux médiévaux étant souvent construits sur d’anciens sites fortifiés. Ce qui paraît concluant, c’est que la morphologie des lieux tout comme la toponymie (“Petites Mottes” et “Mottaz”) font clairement penser à ce que l’on appelle une motte castrale, “un aménagement typique du Moyen-Âge central”, assez mal connu en Suisse occidentale. Moro et Raboud concluent : “Les vestiges visibles de cet établissement castral semblent donc se situer aux alentours des XIe-XIIIe siècles, à une période durant laquelle Suchy était rattaché à la seigneurie de Bavois”. Le château Ravenel a pu servir de résidence à un seigneur local comme Aymon de Faucigny ou comme lieu de refuge pour les habitants du village.

Cette fascinante étude a été offerte gracieusement par les auteurs que nous remercions chaleureusement. Elle est disponible ici, en téléchargement.

Photo de tête: cadastre de 1841 

Il n'y a pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués par (*) sont obligatoires.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.