Le Bison d’Europe a traversé les siècles tel un rescapé et aurait aujourd’hui disparu si quelques personnes n’avaient pas tout fait pour le maintenir en vie dans les forêts de l’Europe de l’Est.

Après avoir été progressivement réintroduit dans la nature, plus précisément dans la forêt de Bialowieza, en Pologne, les scientifiques se sont rendu compte qu’il était impératif de créer des populations indépendantes et assez éloignées les unes des autres afin d’éviter que l’espèce puisse être décimée par la maladie.

Le bison d'Europe est plus élancé et moins massif que son cousin d'Amérique (Crédit: http://www.bisoneurope.com/bison-europe/)

Le bison d’Europe est plus élancé et moins massif que son cousin d’Amérique

Aujourd’hui, un peu plus de 3’000 bisons existent en Europe. Mais il y a malheureusement trop peu de forêts assez vastes et bien préservées pour permettre à d’autres populations de vivre en liberté. La semi-liberté est donc un moyen de permettre à de nouvelles populations de se développer, dans ce que les scientifiques nomment des “cellules de conservation”.

C’est pourquoi, à l’initiative du biologiste Alain Maibach et du garde forestier Michel Mercier, un projet d’établissement d’une cellule de conservation dans les bois de Suchy, lieu idéal pour que 4 à 5 bisons puissent y vivre et s’y reproduire, a vu le jour et est en passe d’être réalisé après les feux verts communaux et cantonaux.

Les autorités communales travaillent avec les responsables du projet pour mettre en valeur les retombées positives et atténuer les conséquences négatives auprès des habitués.

Le site officiel